© 2017 - Gaetane MILLET

  • Facebook Social Icon

Passionnée par le jeu de couleur et de transparence du verre,

je souhaite vous présenter les différentes techniques que j'utilise régulièrement :

 

 

  • Le verre au chalumeau

      Le souffleur au chalumeau reçoit sa matière première sous forme de tubes ou de baguettes. Il utilise, comme source de chaleur, la flamme produite par un chalumeau. Afin de modeler le verre, il emploie également quelques instruments en métal ou en graphite : pince, couteau, évasoir…

Mes créations au chalumeau sont faites avec du verre de Murano.

Cette matière première de grande qualité donne un éclat incomparable à chaque création.

La fusion du verre nous emporte alors vers des histoires uniques.

Cet art crée des pièces fascinantes, riches en couleurs, en originalité et en créativité.

 

 

  • Le verre de Murano 

      Le verre fait son apparition à Venise aux environs de l’an mille, un document du moine bénédictin Fiolario qui produisait des ampoules à usage domestique en est le témoignage. L’industrie prend rapidement une grande importance malgré le danger que représente le fonctionnement des fours dans une ville déjà très dense.

      C’est en 1291 que la république de Venise décide de déplacer définitivement les fours et les maîtres verriers dans l’île voisine de Murano. De tous les incendies qui ravagèrent Venise, bon nombre furent attribués aux fourneaux. Ce transfert, outre qu’il faisait éviter les incendies, permettait aussi de mieux préserver les secrets de fabrication d’une verrerie réputée et d’assurer la sécurité des stocks de matières premières dont l’entrepôt portait d’ailleurs le nom de « chambre des poisons ».

     L’activité de l’île prit vite une dimension industrielle qui lui donna richesse et renommée, elle devint la grande manufacture du verre et du cristal de Venise.

     Pendant cinq siècles, Murano a été le socle d’une production des plus florissantes, rivalisant avec les techniques du cristal de Bohême. Les fabriques de Murano fournissaient à la Cour de France, à la Cour impériale d’Autriche, aux Cours des Duchés italiens comme aux palais de Venise les meilleurs lustres de cristal polychrome et les plus beaux miroirs à encadrements de verre taillé. Ainsi naquit la renommée de Murano où les familles se transmettent encore, de génération en génération, les recettes et secrets que personne n’arrive à égaler.

      Le verre de Murano est un verre riche en plomb, formé d’un mélange de sable siliceux, d’oxydes et de carbonates, d’une grande pureté et d’un éclat proche de celui du cristal. Son charme principal vient de la gamme très étendue de ses couleurs et de la pureté de celles-ci. Aujourd’hui encore, les formules chimiques pour la composition des couleurs sont très bien gardées, même si l’on ne fabrique plus que 66 couleurs différentes alors qu’on a su en fabriquer plus de 300 !

 

 

  • Les perles de Murano  

      A côté de l’artisanat du verre soufflé qui a fait la renommée de la production vénitienne, une autre industrie se perpétue sur l’île de Murano depuis sept siècles : la fabrication des perles de verre. Les perles de verre sont classées d’après leur technique de fabrication : enroulement, étirage, moulage, soufflage.

 

Ce contenu a été publié dans Bijoux de MuranoHistoire de Venise par SunTradition.

 

 

  • Le vitrail 

Le vitrail est une composition de verre formée de pièces de verre

Depuis le début du Moyen Âge, ces pièces sont assemblées par des baguettes de plomb, appelées de la même manière, « plomb ». Ce procédé, bien qu'aujourd'hui toujours dominant, n'est pas le seul en usage : d'autres techniques, telles que celles du ruban de cuivre (aussi appelée méthode Tiffany, de son concepteur Louis Comfort Tiffany), de la dalle de verre enchâssée dans le béton ou le silicone, de collages (avec des résines ou des polymères), de thermoformage, de fusing et du vitrail à verre libre, peuvent être utilisées ou combinées.

  • Le fusing 

Le fusing est une technique de verrerie qui consiste à assembler par superposition des morceaux de verre collés à froid, puis à porter l'ensemble dans un four à son point de fusion pour former une seule pièce homogène.

Le fusing est une technique déjà utilisée il y a 3 500 ans dans la fabrication d'objets de verre ouvragés. Il s'agit en fait de la plus ancienne des techniques de fabrication et de travail du verre puisque « to fuse » signifie faire fondre du verre.
 

  • La Gravure sur verre 

Les techniques de gravure sur verre modifient l'aspect esthétique des objets verriers sans nécessiter de cuisson. Ce sont des techniques qui éliminent progressivement la matière.
Il en existe deux sortes :
- la gravure directe (à la roue - XIIIème siècle) et à la pointe de diamant.
- la gravure indirecte : à l’acide et au sablage.